Plonévez "A" "B" - Chateauneuf "A" "B"

Plonévez – Chateauneuf : le Dardoupico

Double confrontation ce dimanche. Les « A » contre les « A » et les « B » contre les « B ». Double enjeu. Double jeu. Fromage et dessert. Double six comme aux dominos. Double paire comme au poker.

Avec à la clé le hasard, la fortune, le pot, et même la fortune du pot avec le concours de pronostics. Ah, coucher sur le papier, d'une écriture tremblotante, le score de ses rêves. Le score extatique, le score chimérique, le score utopique. Et l'écriture devient hésitante, cahotante et même chevrotante. Mais attention, faut pas se laisser embarquer par le résultat de la « B ». 3 - 0, c'est un score qui ouvre l'appétit, qui donne des idées, qui peut t'embarquer vers des scores inavouables. Des scores carnavalesques, monstrueux, improbables. Mais il faut savoir raison garder, et moi je suis pétochard, et superstitieux. Au delà de trois buts, je ne peux pas. Inaccessible, iconoclaste, quasi sacrilège. La suite me donne tort.4 - 2 !

Mais, chut, je dois vous faire part de mon inquiétude concernant le comportement de notre arbitre de touche, l'amiral es-cadre. L'homme est habituellement placide, posé, réfléchi, impassible. Mais ce dimanche il est pris par le jeu. Ensorcelé par le jeu. Un envoûtement footballistique typique.

Partial ? Non, mais possédé par le jeu. Faudra faire venir l'exorciste du District. L'asperger de Coreff salvatrice.

.

Il dérape et, entre deux courses effrénées le long de sa demi-ligne de touche, il me fredonne cette charmante petite comptine …

Quand le goéland se gratte le gland

C'est signe de mauvais temps

Mais quand il se gratte le cul

C'est qu'il ne fera pas beau non plus

Je n'en crois pas mes oreilles. Le voila rimeur, troubadour, barde, chantre. Véritable corvettard de la périphrase, frégaton de la métaphore, trois galons du pléonasme.....Envoûté par la partie, je te dis ....

Ayant constaté mon enthousiasme devant ce déluge de poésie, l'amiral es-cadre, le-dit arbitre de touche, part dans un délire verbal, s'en prend à toute personne qu'il croise sur sa demi-ligne de touche, se sentant investi d'une mission poétique. « Tu connais la fable du goéland ... ». Mais tous n'ont pas la même sensibilité à l'égard du langage des dieux.

« Tu connais la fable du goéland ... » Stupeur, affliction et désolation chez l'un,

« Tu connais la fable du goéland ... » Douleur, souffrance, et tristesse chez l'autre,

« Tu connais la fable du goéland ... » Enthousiasme, euphorie et liesse, chez un troisième,

« Tu connais la fable du goéland ... » Négligence, inconscience et distraction par ce froid piquant ...

« Tu connais la fable du goéland ... » Angoisse, hantise et inquiétude devant ce personnage collant....

Combien de marins, combien de capitaines, sont tombés du mat de misaine, et ont ânonné cette fredaine ...................Faut que je pense à appeler le District demain.

Loin de cette turbulence lyrique, à des années-lumière de cette agitation narratoire, un arbitre de champ traine sa nonchalance. Paisible, contemplatif, serein. Arbitrant « à l'anglaise » m'a t-il susurré, « façon britiche » m'a-t-il chuchoté, « premier league » m'a-t-il murmuré.

All in eyes and face. Tout dans le regard et la physionomie. Ascète du sifflet, austère du verbe et abstinent du carton, il fait dans le genre réservé. Un froncement de sourcil, un pincement de lèvres, un gonflement de joue suffisent à montrer le droit chemin au joueur fautif. Quelquefois, il utilise le petit sifflet rouge qu'il garde aux lèvres. Un petit coup furtif, comme pour ne pas déranger. L'homme est économe de courses inutiles, avare de gestes superfétatoires et parcimonieux de paroles stériles. Sa base d'observation c'est le centre du terrain, le rond central. Sa vue perçante fait le reste. On le surnomme "œil de lynx".

La référence arbitrale. La quintessence arbitrale. Et reconnue ...

Et pis on est rentré

AN

PS : Paul, je t'ai mis une petite Coreff sur un poteau. Tu viendras la prendre quand on sera parti, en sautant, comme tu sais le faire.......

Tu vois, j'arrive pas à écrire à l'imparfait ......

Plonévez "A" "B" - Châteauneuf "A" "B"



  • Le Teuff Lely Le Teuff
  • Lely Le Teuff Lely